THÉO AUFFRET

Theo Auffret, né en 1995, commence sa formation d’horloger restaurateur en parallèle du baccalauréat au sein de la maison Dupont à Pontoise. Il intègre par la suite le cursus professionnel en 2012 comme apprenti horloger restaurateur au sein de l’atelier de Denis Corpechot dans le huitième arrondissement de Paris. Il voit passer durant ces deux années de nombreuses horloges et montres haut de gamme des plus belles périodes de l’histoire horlogère. Il rencontre lors d’un échange sur la re-fabrication d’une pièce de montre de poche Jean-Baptiste Viot, horloger constructeur de renom. Celui-ci lui offrira de poursuivre son apprentissage dans son atelier, disposant de tout l’outillage nécessaire au dessin et à la création de montres uniques et situé aux portes de Paris.

HERITAGE

Jean-Baptiste Viot consacre à ce moment une partie de son temps à la restauration de pièces exceptionnelles pour des musées et des marchands et construit dans le même temps une série de huit chronomètres dans la plus pure tradition de l’horlogerie de luxe. Il décide de confier à son nouvel apprenti les gammes d’usinage des composants des chronomètres et le forme à la construction et la prototypie.
Dans la bibliothèque de l’atelier, Theo se passionne pour les montres et horloges de précision, mais surtout pour l’histoire des pièces fabriquées à Paris à des fins scientifiques. Jean-Baptiste Viot acceptera qu’il utilise les machines et outils de l’atelier pour fabriquer sa montre, qu’il mettra à sa disposition le soir, les week-ends et les vacances scolaires.

LA PREMIÈRE MONTRE

Theo quitte Paris après son cursus d’apprentissage dans les ateliers de Jean-Baptiste Viot pour les bords du lac de Neuchâtel (Suisse) et intègre en tant que prototypiste un atelier indépendant et discret, sous-traitant pour de grandes maisons, regroupant une équipe internationale d’horlogers talentueux.
Le prototype encore inachevé du « Tourbillon à Paris » sera récompensé lors de sa présentation au concours « jeunes talents » de la maison F.P. Journe en 2018. De retour à Paris, Theo retrouve les ateliers de son apprentissage, les projets de pendulerie, la restauration d’horlogerie ancienne et décide d’installer son atelier en bord de seine et de se plonger à nouveau dans la construction.

LES ARTISANS

DAVID COLIN

MAROQUINIER D'ART

David à travaillé au sein de grandes maisons françaises de maroquinerie avant d’installer son atelier boulevard de Sébastopol, aux portes du marais, quartier iconique de la mode, du luxe et de l’artisanat Parisien. Il réalise selon des techniques traditionnelles de sellerie l’écrin de voyage en cuir , en suivant les spécificités requises par le client.

Le cuir est choisi avec soin, refendu et cousu à la main. Une peau identique est conservée, celle-ci sera confiée à Walter Bellini pour le gainage du coffret.  

L'art de concevoir un objet de luxe, c'est réunir autour de soi les artisans les plus talentueux.

WALTER BELLINI

EBENISTE TABLETIER

Walter Bellini grandit en Italie, dans les Appenins, entre Parme et Plaisance. Il se passionne très jeune pour le travail du bois auprès de son grand-père, artisan menuisier, et fera sa carrière dans l’industrie avant de finalement renouer avec sa passion. Formé en ébénisterie et marqueterie à l’école Boulle, il s’installe à Asnières-sur-seine, tout près des ateliers de malletier d’une célèbre marque française…

Walter fabrique l’écrin en bois de la montre en utilisant les plus belles essences et avec le plus grand soin qu’il soit possible d’apporter à un objet manufacturé. Des charnières en acier, au cuir de gainage en passant par le bouton d’ouverture et les poignées en ébène, chaque détail est étudié pour proposer aux clients un coffret sur mesure d’une qualité remarquable.